lundi 13 juillet 2020

4401

Cette promesse que nous faisons aux enfants en les mettant au monde, avons-nous jamais eu les moyens de la tenir ?


Les premiers cancers de la peau liés à l’abus de gel hydroalcoolique sont attendus fin 2021, début 2022.


J’apprends beaucoup de mes erreurs. Les suivantes sont de vraies catastrophes.

vendredi 10 juillet 2020

4400

Le livre qui n’est plus réédité, indisponible désormais à la vente, entame une vie clandestine, une existence souterraine. Les exemplaires en circulation sont des rescapés, des résistants, des rebelles. On attend beaucoup d’eux.


Est-il vraiment si malin de s’en extraire à la force du mollet et de mettre dix mètres dans la vue du peloton d’exécution ?


Si rien n’est fait, dans trente ans, le requin-marteau aura disparu, et moi aussi.


jeudi 9 juillet 2020

4399

– En quoi consiste votre métier ?
– À m’élargir et assouplir suffisamment l’anus à l’aide de plugs afin que s’y puisse introduire une queue énorme. Et vous ?
– Bôh, on fait tous à peu près le même boulot.


Il faut absolument que j’installe un logiciel de contrôle parental sur l’ordinateur. Quand je pense que mes filles, en surfant innocemment sur internet, pourraient tomber sur des pages de Christian Bobin… !


Remaniement. Macron n’a-t-il tout de même pas pris quelques libertés avec la Constitution en nommant Sarkozy président de la République ?


mercredi 8 juillet 2020

4398

Pourquoi désigne-t-on le tam-tam seulement par les deux premières syllabes de son nom ?


Une autre solitude serait-elle possible ?


On peut ne répondre qu’à une des deux questions ci-dessus, ce sera déjà bien.


mardi 7 juillet 2020

4397

Mon ami Ernest, 3 ans, apprenant qu’Agathe et Suzie sont de grandes lectrices, affirme aussitôt que lui aussi, il est un grand lectricien. Rusé petit bonhomme qui revient l’air de rien sur la féminisation des noms et reprend habilement la main. Dès à présent, suivant son exemple, je demande à être appelé autricien.


La fesse est un étui pour le colt et la cuisse est un fourreau pour l’épée. Tu peux aussi glisser un couteau dans ta cheville.


Sois belle et tais-toi serait restée une vile injonction misogyne sans réelle portée si certaine firme de cosmétiques dirigée par un comité de phallocrates activistes ne l’avait choisie comme slogan pour son nouveau rouge à lèvres : un bâton de colle teintée à la cochenille. Honte sur eux. Même s’il faut reconnaître qu’ils ne le vendent pas cher.



[Lionel Sabatté expose jusqu’au 30 août à la Maison des arts de Bages ses Chimères de rouille et de poussière, un ensemble prodigieux. Un livre-catalogue paraît à cette occasion aux Editions Bernard Chauveau pour lequel j’ai écrit de non moins chimériques tercets]

lundi 6 juillet 2020

4396

Ce crétin ne sait pas surfer sur internet. Quand il tape alcool ou tabac dans son moteur de recherche, il tombe sur des sites qui lui dépeignent sa mort prochaine, photos épouvantables à l’appui. Alors qu’une recherche mieux conduite l’amènerait sur des sites où les vertus ancestrales de ces doux remèdes, notamment pour le foie et le cerveau, sont très clairement démontrées.


J’écrase en voulant la saisir la fourmi qui me chatouillait en voulant me saisir.


Quand j’eus bien vieilli, mon vin revint me voir. Il me considéra un moment, me fit tourner dans la lumière. Alors il me jugea digne enfin de le boire et se donna à moi.


vendredi 3 juillet 2020

4395

Je le savais, j’en avais depuis des années l’intuition, une intuition claire comme le savoir et la lucidité : j’étais au seuil d’une découverte fabuleuse, d’une réalisation prodigieuse, d’un accomplissement. Puis le temps passa et tomba sur moi comme une cloche de plomb, comme un couvercle, et alors je compris : toute ma vie, en effet, je m’étais trouvé sur ce seuil, tout proche de la révélation, et lui tournant le dos.


Considérer la noirceur comme une couleur franche, fixer une meule à l’angoisse qui tourne, beau programme, grande sagesse… mais un peu théorique malgré tout, non ? Élever avec amour l’enfant du viol…


Assis sur un banc, je me moque des passants, puis je rentre m’asseoir à ma table d’écriture pour me moquer de moi.