dimanche 28 mai 2017

3316

Elle s’approche – Dieu, quelle est belle ! – avec mon livre à la main, elle est presque là déjà – son sourire est merveilleux ! – et la voici tout près de moi, elle me tend le livre et me demande une dédicace, mais bien sûr et comment, avec joie, quel est votre prénom ?
– C’est pour Alex, mon ami, il vous adore.


le gazon la jupette
ne manque à la pâquerette
que la raquette


De l’oiseau dans les branches, on ne voit bien que le chant.

samedi 27 mai 2017

3315

Chaque famille a sa grimace propre, sa névrose, une attitude commune à tous ses membres en certaines circonstances, un peu raide, une peu gourde, un peu folle, que seuls ceux-ci perçoivent – de l’extérieur comme de l’intérieur – et qui secrètement les font douter d’être tout à fait semblables aux autres hommes, tout à fait intégrés à leur société, et comme si tous, frères, sœurs, cousins, parents étaient des simulateurs plus ou moins doués venus d’ailleurs.


Le pépin germe dans le postillon.


La fatuité de l’ingénu nous désarme. Il serait trop cruel de le détromper, se dit-on, en l’écoutant plastronner. De là à laisser la chétive pécore enflée de suffisance souiller notre chemise en éclatant, non, tout de même, il est permis de reculer d’un pas.

vendredi 26 mai 2017

3314

On ne va pas se monter la tête parce que certains livres sont joliment troussés et certaines machines ingénieuses : l’aventure humaine est un lamentable échec. Où serait la supériorité des hommes, seuls parmi les créatures terrestres à s’entretuer de si bon cœur, incapables d’élever leurs petits, de changer en loi ce que les meilleurs d’entre eux ont conçu, engendrant après tant de raffinements des enfants stupides, cruels et suicidaires ?


« Affreuse chose que de voir grouiller ça ! Mais on s’y fait », écrit Francis de Miomandre.


Certainement, on s’y fait. Mais Miomandre parle là des vers de farine.


jeudi 25 mai 2017

3313

Aussi con, le selfie, que le hara-kiri.


ceci n’est pas une moufle
c’est un caméléon
qui se camoufle


L’hirondelle se rattrapa et se changea en faucon.

mercredi 24 mai 2017

3312

J’ai trop médit de Claude François, pensai-je en faisant l’acquisition pour 3 euros chez ce soldeur d’un coffret de cinq CD du chanteur, puis en accrochant les disques scintillants aux branches chargées de fruits de mon cerisier, ce n’est finalement pas si nul.


Et cependant, je m’en veux.


Car je pouvais certainement n’acheter qu’un seul de ces disques et le diffuser en boucle au pied de l’arbre, ce qui aurait dissuadé plus efficacement encore le merle siffleur et le mélodieux loriot de becqueter mes cerises, tout en ne déboursant pour cela que 50 centimes !


mardi 23 mai 2017

3311

Il y a longtemps que je me serais fait poser un piercing génital si je ne craignais d’abîmer mes slips.


Hé oui !


Vous voulez un nougat ?

lundi 22 mai 2017

3310

Je froisse furieusement une feuille encore. Ma corbeille déborde. Je n’y arrive plus… Comment fait-on déjà les bateaux en papier ?


J’ai rencontré la solitude chez des amis communs.


Brève averse. Au moment où Suzie coiffait sa capuche, je retirai la mienne.



[Amis de Suisse, je serai samedi prochain aux Journées littéraires de Soleure pour un entretien avec Geneviève Bridel.]