vendredi 22 mars 2019

3944

LE CRITIQUE – Reconnaissez pourtant que toutes les phrases de ces écrivains que vous citez dans Défense de Prosper Brouillon pour vous en moquer, vous les avez sorties de leur contexte !
MOI – Il était temps, non ? Vous avez vu déjà dans quel état elles sont ? Je les ai assez courageusement arrachées à ce milieu toxique, vous voulez dire…


Comment aurais-je pu ne pas lire Jacques le Fataliste ? C’était écrit !


Si bien outillé soit-il, le homard n’a de toute évidence rien pu faire contre la fuite.

jeudi 21 mars 2019

3943

Sa mort fut brutale et, instantanément, l’obscurité se fit dans ma vie. Plus rien n’existait. Je tâtonnais dans une nuit sans issue. Jamais je ne pourrais la remplacer, pensai-je, accablé. Mais finalement, si, je mis la main sur une ampoule neuve dans le placard de la cuisine.


Plus ta jupe est courte, fillette, plus tu dois te baisser pour attacher la bride de ta sandalette.


J’aime tant les calissons que je me fournis chez un matelassier.


mercredi 20 mars 2019

3942

L’homme ingénieux trouve toujours une solution. Si tu n’as pas de marteau pour enfoncer ton clou, plante-le dans du beurre.


– Quels sont vos héritiers ? Où souhaitez-vous être inhumé ? Acceptez-vous de donner vos organes ? Préférez-vous être incinéré ?
– Areuh.


Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc, aimons-nous à répéter, et cependant souvent la vache chie quand on la trait.

mardi 19 mars 2019

3941

La ruine demeure si constamment cette ruine que nous nous demandons un peu comment elle devint ruine.

Puisqu’il est maintenant derrière les barreaux, on peut lui ôter sa ceinture.

Elle est jeune comme ne peut l’être qu’un très vieux souvenir.


[Le toujours vaillant Christophe Brault entreprend le mardi 2 avril à la toujours accueillante Maison de la poésie un « marathon autofictif », soit la lecture intégrale des 11 volumes de ce journal… Réservation recommandée. Prochaines dates (car il s’agit d’une aventure au long cours), vendredi 10 mai et samedi 22 juin.]

lundi 18 mars 2019

3940

Il m’a pris le balai des mains. Il m’a arraché l’éponge. Il s’est emparé de mon nécessaire à couture. Il m’a interdit l’accès à la buanderie. J’avais trouvé mon maître.


mon pied qui sent bon
a dérapé
sur un savon


Par un beau matin du Paléolithique, Moâr réussit pourtant à faire de la fumée sans feu. Mais des toux désapprobatrices accueillirent sa découverte et il fut impitoyablement chassé de sa tribu.

dimanche 17 mars 2019

3939

En vain, je recherche cette idée qui m’a fui. C’est embêtant tout de même, car c’était celle que je me faisais du monde.


On a calculé qu’un éléphant pouvait porter sur son dos 500000000000000 fourmis. Mais attention, celle qui les rejoint maintenant va retourner la situation.


Fonkille toul lapiol é vrimon, oach é tipir l’ignon. Ce n’est peut-être pas très clair, mais mon plagiaire sera vite repéré.


samedi 16 mars 2019

3938

L’homme est un prédateur déroutant pour l’animal. Parfois, il n’a pas faim de lui. Parfois, il veut sa corne. Parfois, il veut sa photo. Parfois, il est juste curieux de savoir s’il va bondir encore avec une patte en moins. Parfois, il veut juste entendre son cri ou le voir tomber de sa branche. Et les sévices sexuels ne sont pas à exclure.


Ne pleure plus, allons, tu le reverras… cet oignon va revenir dans le beurre.


Rimpolo malch ur déprastile, emboul ur comblanile. Ose un peu affirmer le contraire ?