jeudi 23 mai 2019

4006

Je chutai lourdement au sol dans ma course, la cheville tordue… Laissez-moi, dis-je en grimaçant à mes compagnons, je vous retarderais… allez-y…
– Jamais nous ne t’abandonnerons, répliquèrent-ils bravement et, me saisissant sous les bras, ils m’entraînèrent avec eux vers la ligne de front où les combats faisaient rage.


Il paraît que le foie du tigre mangeur d’hommes est absolument exquis. Mais bon, il faut d’abord l’engraisser.


Nous gagnons parfois notre lit avec une telle hâte, nous le retrouvons avec un tel plaisir que je n’ose imaginer comme nous serions heureux s’il s’agissait d’un cercueil.

mercredi 22 mai 2019

4005

Un poète vient d’être condamné à trois ans de prison ferme pour harcèlement sexuel suite à la plainte déposée par sa muse. Sordide affaire, mais il semblerait hélas qu’elle ne soit pas un cas unique. De tels comportements seraient fréquents dans ce secteur d’activité où s’exposent complaisamment, il est vrai, les pires turpitudes de la nature humaine.


Le sang lier – et voilà en plus que le gibier nous donne la recette du boudin !


Le prédateur sexuel qui sommeillait en moi s’éveilla soudain et abattit sa main crochue sur ma queue.


mardi 21 mai 2019

4004

Le risque désormais bien réel – pour ne pas dire la perspective imminente – de l’apocalypse nous empêche de jouir pleinement de notre petite angoisse de mort individuelle. Mais sans doute suis-je trop orgueilleux pour me complaire jamais aux phénomènes de masse.


Nos chaussures sont les mues froissées du serpent. Et notre marche, donc, une valse hésitation sur les chemins tracés par ses audacieuses reptations.


L’écrivain est un fantôme perplexe qui se leste de mots purs et durs.

lundi 20 mai 2019

4003

Je peux vous accorder trois vœux, me dit la fée, pas un de plus. Je possédais déjà la jeunesse, la beauté et l’amour, alors je demandai la vieillesse, la laideur et la solitude amère, car de tout cela j’étais dépourvu. Je crus d’abord, ne voyant rien venir, que la fée n’était qu’une mystificatrice, une baratineuse. Mais, le temps passant, je prends peu à peu la mesure de son prodigieux pouvoir.


La pluie tambourine donc, puisque personne ne pince ses cordes.


Un jour, je serai futuriste !


[Au moins serai-je, amis de Bruxelles, à la libraire Tropismes, jeudi prochain, 23 mai, à 19h.]

dimanche 19 mai 2019

4002

J’emmène Suzie déjeuner au restaurant ; elle me remercie.
MOI – Mais tu sais, on se retrouvera comme ça tous les deux au restaurant bien souvent encore, même plus tard, quand tu seras grande, quand tu seras partie, quand tu auras ta famille, toute la vie !
SUZIE (avec une grimace) – Seulement toute la vie ?!


pour rien au monde
il n’eût raté la messe
Louis de Funès


On raconte que Napoléon Bonaparte, devenu fou, se prenait pour un clerc de notaire. Cas typique de délire mythomaniaque. Il fallut l’enfermer.

samedi 18 mai 2019

4001

Il faut savoir que la technologie évolue aussi dans les mondes stellaires et que les premières soucoupes volantes observées depuis la Terre étaient nettement plus rudimentaires que celles qui aujourd’hui traversent parfois notre espace d’un trait fulgurant. Des témoignages datant du Moyen-âge parlent d’extraterrestres obligés de pédaler pour mouvoir vaille que vaille leurs machines de bois et de chiffon goudronné dans l’immensité du ciel.


En revanche, il est assez facile pour une anguille de se glisser dans le mot chat.


Il s’éveilla en sang, la lève fendue, le nez cassé, l’œil poché. Au moins n’avait-il pas cette fois pollué ses draps en rêvant de Joséphine dont le mari avait donc surgi opportunément comme il bandait à peine. 

vendredi 17 mai 2019

4000

– Mon garçon, voici un gros tas de bûches. Fends-moi tout ça. Tu connais la technique ? Tu poses la bûche debout sur ce billot, tu abats ta hache dessus une première fois, elle se plante, tu la soulèves avec la bûche et celle-ci va se fendre en deux quand tu frapperas à nouveau le billot.


C’est un peu ingrat, bien sûr, mais si tu as déjà été au cinéma, tu sauras qu’il y a toujours une jolie femme qui observe par la fenêtre l’homme qui fend des bûches, émue par ses muscles saillants et par la sueur qui colle dans son dos sa chemise. Elle a l’œil humide et la lèvre tremblante.


– Oui, mais je ne vois ni maison ni fenêtre aux alentours…
– Au moins y a-t-il la hache et le tas de bûches, mon garçon, et nous ne sommes pas au cinéma. Au travail !


[Et moi, j’ai donc fendu 4000 bûches en trois ...]