jeudi 18 août 2022

5121

Entendu à la terrasse d’un café cette phrase extrêmement étrange. Je la note ici mais je préfère prévenir mon lecteur que s’il s’y arrête plus de douze secondes, il prend le risque de devenir fou : – Moi, c’est pareil, j’ai le fils d’une amie qui vit en Australie.

 

Elle a rendu son dernier sourire puis elle est morte, trente-cinq ans plus tard.

 

Le départ de l’île ressemble à une rupture. Je la quitte, la mort dans l’âme. Parviendrons-nous un jour à nous réconcilier, à recoller les morceaux ?