mercredi 23 mars 2022

4987

La routine de l’existence s’accommode fort bien d’un décor que la familiarité a fini par gommer complètement. C’est le fond neutre qui lui convient. Mais que survienne un événement dans notre vie et ce paysage d’un coup retrouve ses reliefs et nous semble atrocement étranger, d’une indifférence accablante, mortelle, et révèle enfin ce qu’il est : le cimetière où déjà nous gisons.

 

Mon jardin n’existe que lorsque je me trouve dedans. À chaque fois que j’y suis, ça ne manque jamais, il s’étend là, autour de moi. Cela fait-il de moi un de ses arbres ?

 

(Et merde, j’ai encore oublié de rapporter sa culotte à Lucie ! Je vais me faire in-cen-dier !)