jeudi 21 octobre 2021

4834

Après la disparition de mon oncle magicien, ma tante, sa veuve, n’osa jamais se remarier. Et si, tout à coup, il réapparaissait ?

 

La moule ouvre le bec pour être mangée.  Pardon, la moule, mais c’est idiot.

 

(Ma tante fut la seule à croire jamais aux talents d’illusionniste de son mari. À sa décharge, il est vrai qu’il arrivait à celui-ci de s’évanouir quelques jours dans la nature puis de resurgir comme par enchantement à l’heure du dîner, avec un parfum d’ambre céleste sur la peau et un long cheveu blond de fée collé à son veston.)