jeudi 14 octobre 2021

4827

Mon oncle magicien sortit un foulard de l’oreille de ma grand-mère et nous l’applaudîmes à tout rompre, mais le tour n’était pas terminé car, à ce foulard, en était noué un autre. Bravo ! Hourra ! Et, à ce second foulard, un troisième encore était attaché qui sortit après les autres de l’oreille de ma grand-mère. À partir du douzième foulard, nous comprîmes que l’oncle ne savait plus comment conclure son numéro. Au dix-huitième foulard, l’ennui dans le salon se compacta comme le sable quand l’eau se retire. Au vingt-septième enfin, ma grand-mère accusa un coup de fatigue et s’endormit. L’oncle extrayait toujours de son oreille sa farandole bariolée de foulards, nous parlions d’autre chose, la nuit était venue, bientôt l’automne allait succéder à l’été.

 

– Par la fenêtre de ma chambre, la vue est imprenable.

– Ah ? Sur les montagnes ? Sur la mer ? Sur la ville ?

– Mais non, enfin… sur moi !

 

Sans doute serait-il temps de prévenir le cygne qu’il peut rentrer son périscope lorsqu’il est en surface.