samedi 17 avril 2021

4665

Je cheminais depuis un quart d’heure sous l’averse quand je m’avisai que mon parapluie fermé, accroché à mon poignet par sa dragonne, battait contre ma cuisse. Je ris de moi et de ma coutumière distraction, décidément. Pas plus tard que la semaine dernière, en effet, alors que je me consumais depuis cinq bonnes minutes dans les flammes, il me revint que je tenais justement sous mon bras un extincteur… Que voulez-vous, je suis un de ces génies lunaires peu intéressé par le monde, entièrement requis par ses songes.

 

La tourterelle fait la roulade dans son roucoulement tandis que la mouette vole derrière son cri plaintif et le menace de son bec.

 

Cela aurait pu être pire, pourtant. Vous rendez-vous compte que si le coronavirus avait frappé dans les années 80 du siècle dernier, s’accompagnant comme aujourd’hui de mesures restrictives, les cinémas permanents auraient été fermés en permanence !?

  

[On peut regarder ici et même écouter si on le souhaite l'enregistrement de la lecture-dessinée de Sine die que Christophe Brault, François Ayroles et moi-même avons donnée au Théâtre Bordeaux Aquitaine à l'occasion de l'Escale du livre. Diffusion jusqu'au 30 avril seulement]