mercredi 7 avril 2021

4655

Ses personnages très subtilement dessinés, dotés d’une psychologie complexe, semblent vivants, mais l’imagination lui fait soudain défaut dès qu’il tente de se représenter son lecteur qu’il ne parvient à concevoir que sous les traits d’un ahuri transi d’admiration qui achète tous ses livres et passe ses journées à le lire en se passant la langue sur les lèvres. Une figure grossière, peu réaliste et qui peine en effet à s’incarner. Sans aucun doute est-ce là la grande faiblesse de cette œuvre remarquable.

 

Je ne couche jamais le deuxième soir. J’ai tout donné la veille.

 

Jaune et noire comme le jour et la nuit, l’abeille fait du miel et des bougies.