jeudi 1 avril 2021

4649

Au moins ceux qui meurent aujourd’hui partent-ils sans l’amertume de quitter avant la fin une formidable aventure…

 

Désireux de renouer avec la vie simple de nos ancêtres primitifs, je décidai de devenir comme eux chasseur-pêcheur-cueilleur. Las, mes instincts étaient bien endormis après ces milliers d’années de civilisation artificieuse : jamais je ne parvins à atteindre l’olive et la mûre avec ma sagaie, à pêcher le sanglier ni à cueillir l’ablette… J’ai faim.

 

SUZIE – Pourquoi on ne pourrait pas être bourrelé de tristesse ?