mardi 9 février 2021

4598

Samedi, le sirocco a soufflé jusqu’en Bourgogne son sable léger qui, retombé, saupoudre ce matin les trottoirs de ma ville. À l’heure où les voyages nous sont interdits, le Sahara au gré des vents nous rend visite (quand tu abrites dans tes dunes la vipère à cornes et le scorpion, le postillon de la chauve-souris et la morve du vison te font doucement rigoler). J’attends maintenant les largages de noix de coco, de dattes, d’olives, de mangues et les averses de ti-punch qui rendront cet hiver moins pénible.

 

Tant je compatis à ta douleur que tu as en effet une bonne raison de me plaindre.

 

– Attention, Agathe, si tu ne montes pas immédiatement faire tes devoirs dans ta chambre, je raconte dans mon blog que tu plumes des perruches vivantes !

– M’en fiche, c’est pas vrai !

– Et que tu as mangé tout cru Pipo, ton hamster.

– Ok, J’y vais, j’y vais…