lundi 21 décembre 2020

4548

Les portraits d’écrivains qui illustrent les articles consacrés à leurs livres, achetés à des agences ou retrouvés dans les archives du journal, datent souvent de plusieurs années et rajeunissent d’autant l’auteur du livre dont il est question. C’est ainsi que j’ai eu récemment la surprise de voir ma tête découpée dans notre photo de classe du Cours moyen première année en regard d’une critique plutôt complaisante de mes Méditations crépusculaires.

 

Il ne s’est pas vu mourir. Il regardait la mignonne infirmière.

 

À l’hospice, la grabataire hors d’âge rabâche ses souvenirs pour en farcir le crâne de sa voisine de chambre, parfaitement ingambe mais qui a perdu la mémoire de sa propre vie – après quoi, ayant muté dans ce corps sain, elle pourra laisser mourir le sien. Vous croyez à une plaisanterie ? C’est pourtant la troisième fois déjà qu’elle survit de cette façon.