mardi 29 septembre 2020

4465

Mes souvenirs de la maison d’enfance me conduisent volontiers au grenier, lequel en était pourtant le lieu le moins fréquenté mais où, je suppose, parmi les vieilles malles, les jouets cassés, les rebuts antiques (sans parler des archives de l’étude notariale de mon père), dans les poussières éternelles de ce point culminant, ils s’étaient conservés mieux.

 

Comme j’ai trotté pourtant ! Je ne distingue plus qu’à peine en me retournant ma mère sur le pas de la porte, agitant le goûter que j’ai oublié.

 

Quatre flocons et on perd la trace du loup.

 

 

[Zoologiques, sur le site de l’éditeur]