dimanche 8 mai 2022

5033

Profitez bien de vos derniers instants ! lui avait lancé, avec un enthousiasme et un tact que nous qualifierons d’excessifs, l’infirmière qui le raccompagnait à la porte du service d’oncologie, à l’issue d’une séance de chimiothérapie. Il me rapportait la chose en riant, il y a quelques mois, après une lecture à la Maison de la poésie.

 

Vous parlez beaucoup de moi en ce moment dans L’Autofictif, me dit-il, la fois suivante, le visage de plus en plus marqué, la main de plus en plus incertaine et tremblante, mais souriant toujours, et me faisant remarquer qu’en effet, il était beaucoup question dans mes publications récentes sur ce blog, et sans doute encore avec un enthousiasme excessif, de la mort et du temps qui s’épuise.

 

Claude P. vient de mourir. Retraité de la presse communiste et de la cigarette, l’œil vif, le sens de l’anecdote savoureuse et du bon mot, une grande culture peu ostentatoire. Je ne l’ai jamais vu qu’à l’occasion de rencontres autour de mes livres. Mais on se plaisait bien. Le vide qu’il laisse, je dois le confesser, est particulièrement béant dans la mince communauté de mes lecteurs fidèles et pourrait bien rester irréductible.