samedi 29 mai 2021

4707

Les goélands d’Etretat deviennent de plus en plus audacieux, de plus en plus agressifs. Ils fondent sur ton sandwich et te l’arrachent. Ils convoitent aussi ta glace, aucun parfum ne les rebute. Leur stratégie s’affine. Le plus gros attaque en piqué, il donne un coup de bec à ta barquette, que tu lâches, tes frites jonchent le sol et c’est table ouverte à tes pieds pour la nuée grise et blanche qui s’abat sur la place comme une averse. On compte déjà plusieurs blessés, des doigts déchiquetés, des lèvres ouvertes. Les enfants épouvantés traversent le village en courant, les mains devant les yeux, poursuivis par les piaillements menaçants. J’étais venu à Etretat pour Vertigo, mais il y a Les Oiseaux au programme.

 

Attention… abracadabra… et voilà le travail : toutes les syllabes du mot prestidigitation sont dans le bon ordre !

 

Un train peut en cacher un autre, le slogan confine à la publicité mensongère. Estimons-nous heureux qu’il y en ait déjà un qui roule.