mardi 30 mars 2021

4647

Dans le wagon, tous les passagers masqués ressemblent à des pilleurs de trains. Je me demande lequel soudain va attaquer et surtout comment il va s’y prendre pour coucher d’abord un arbre en travers des rails.

 

À la nuit tombante, la lune pleine vient se loger exactement dans une orbite de mon visage reflété sur la vitre du train, comme un monocle avec effet loupe et, de fait, il me semble qu’ainsi je distingue mieux ses cratères et ses reliefs bleutés.

 

(Mais, on l’aura deviné, j’ai un complice dehors qui est en train (pourtant, lui aussi) d’abattre à coups de hache un grand hêtre planté au bord de la voie.)