dimanche 28 mars 2021

4645

Les piquants du hérisson sont fichés dans sa peau, les crocs du tigre sont plantés dans ses gencives, la corne du rhinocéros s’enfonce dans son crâne. Autrui n’est jamais pour nous qu’une menace. Quant à lui, il souffre déjà pour de bon.

 

Les absents ont toujours tort. Mais là où ils sont, tu n’es pas.

 

J’apprends à ce trappeur qui n’a jamais dû prendre un bain et qui pue comme un mort qu’il est pourtant très facile de se déshabiller. C’est en fait aussi simple que d’ôter sa peau à un lapin. Il n’en revient pas.

 

[Lecture dessinée de Sine die, aujourd’hui, à 16h, depuis le Théâtre National de Bordeaux, je serai accompagné de Christophe Brault et François Ayroles. Attention, c'est à voir en direct ou jamais...]