samedi 14 novembre 2020

4511

Il y a peu encore, mes filles et moi apportions régulièrement aux deux alpagas du parc de la Colombière un grand sac d’épluchures, de feuilles de salade et de trognons de pommes. Un lien d’affection existait entre nous. Ce n’étaient que rires et chansons. Mais depuis qu’il semble avéré que les anticorps du lama résistent mieux que les nôtres au coronavirus, nos visites ont pris un autre tour. Masques baissés sous le menton, nous insultons ces grotesques camélidés, nous leur enfonçons des bâtons dans les yeux, nous leur tirons les poils à travers leur grillage, dans l’espoir qu’ils nous crachent à la gueule.

 

Le fleuve du temps est entièrement formé de ces fractions de secondes où se précipite la vie des noyés que nous sommes.

 

C’est fini, m’a-t-elle dit, mais tu sais, ce n’est pas parce que nous ne couchons plus ensemble que tu ne peux pas rester mon plombier. Bref, le baratin habituel, j’ai préféré couper court.