jeudi 15 octobre 2020

4481

Nous connaissons la fameuse métaphore du vieux mandarin, attribuée à Rousseau par Balzac, dans Le Père Goriot : que ferions-nous dans le secret de notre âme si nous pouvions nous enrichir en tuant par la seule volonté, sans quitter Paris, un vieux mandarin inconnu de nous et vivant en Chine ? Joli cas de conscience, en effet. Or nous fûmes si nombreux sans doute à opter lamentablement pour la fortune qu’il en résulta une épouvantable hécatombe de vieux mandarins, l’année dernière, à Wuhan, et que l’épidémie qui les emporta ne cesse depuis de s’étendre, comme on sait, si bien qu’aujourd’hui, en plus de tous ces morts, la ruine menace. C’est encore la faute à Rousseau !

 

Mais non, le bon roi Dagobert n’a pas mis sa culotte à l’envers : c’est son masque !

 

Toutes les vaches de mon troupeau, coiffées de chapeaux pointus, en équilibre les unes sur le dos des autres, formaient une pyramide parfaite, ce matin, au milieu du pré, ayant appris, je pense, que les animaux de cirque, par décret gouvernemental, allaient être prochainement affranchis.