mercredi 14 octobre 2020

4480

Récemment ouverte dans ma ville, L’Échoppe magique, où s’écoulent les produits dérivés d’Harry Potter, ne désemplit pas. J’ai donc eu l’idée d’inaugurer à mon tour une Boutique Ronce-Rose. On y trouve des tortues explosives, des hérissons naïfs et globuleux, des figurines Pop de Désiré Nisard et autres blaireaux morts, la ceinture du vaillant petit tailleur vendue avec sept mouches vivantes, un puzzle de Palafox, le plumier en véritable imitation acajou de Prosper Brouillon, et pas davantage d’orang-outan que de Dino Egger. Ma fortune est faite.

 

Au départ, il s’agissait d’une banale fracture de la jambe, mais le malheureux est pourtant mort écartelé, les deux brancardiers chargés de son transport étant partis fâchés dans deux directions opposées.

 

Il suffit de très peu de désordre dans la chambre de ton enfant pour que, croyant ramasser le jouet, tu te saisisses du fouet.

 

[Treizième étape du Marathon autofictif de Christophe Brault, à la Maison de la poésie le samedi 24 octobre à 20h. En ces temps de distanciation, ce sera dans la grande salle, mais la réservation reste recommandée]