lundi 27 juillet 2020

4411

Le vrai romantique est impuissant. L’autre amoureux est un libidineux abject.


Le goût s’en accommode si la recette est bonne, le toucher aventure un frôlement des lèvres ou de la main, l’ouïe se réjouirait plutôt de ce parfait silence, la vue est de toute façon brouillée par les larmes, non, la mort n’offusque vraiment que l’odorat.


Preuve que ton œuvre est si forte et belle qu’elle est devenue un classique : les éditeurs l’abrègent.