mercredi 3 juin 2020

4365

La cigarette, la cheminée d’usine, le pot d’échappement, le réacteur, maintenant, nous le savons : fumer tue. Si au moins la perte de l’insouciance s’accompagnait d’un sursaut de vitalité qui ordonnerait joyeusement un monde plus harmonieux et plus sain (‘’la santé qui jaillit comme une clarté’’)… Mais c’est la conscience douloureuse de notre impuissance, la nostalgie, le regret et le manque que nous opposons à la montée des périls, et les seules solutions concrètes envisagées, contrôle numérique, surveillance technologique, servilité érigée en civilité, hygiénisme moral, font froid dans les moelles.


Neurasthénie, spleen, tædium vitae, mélancolie… le mot qui nomme le mal sera-t-il assez beau pour nous sauver ?


Puis tu découvres que Valérie Mairesse a tourné dans un film d’Andreï Tarkovski. Et comme personne ne te croit, tu empoches une fortune, tout l’enjeu du pari, tu vis désormais à Honolulu.