samedi 15 février 2020

4256

On m’en avait dit beaucoup de bien, alors j’y suis allé. Franchement, au début, je n’étais pas emballé. Il faut dire que ça démarre lentement. On nous présente sous tous les angles une brochette de personnage falots, pâlots, guère dissemblables. Tout cela tourne bientôt en rond.


C’est vrai qu’ensuite, les caractères s’affirment. Nous commençons à deviner où le réalisateur veut en venir. En fait, le scénario est diabolique. On s’attache à certains personnages. Moi, il y en a un surtout qui me plaisait bien. On se prend au jeu et, quand ça s’arrête, il y a un peu de tristesse.


Mais bon, on repart avec un poulet.