vendredi 6 septembre 2019

4094

Hormis les enfants et quelques jeunes gens encore, le corps humain ne présente jamais les justes proportions du corps modèle tel que le campe l’iconographie. Il dévie toujours de cette norme, par son embonpoint, sa scoliose, ses relâchements, ses jambes arquées ou son torse creux. Si bien que tous les corps – contrairement à celui des animaux qui se singularise peu – possèdent quelque chose de cocasse et de pathétique, une forme d’infirmité tout à la fois affligeante et burlesque.  
       

On me propose de faire ceci, de me rendre là, mais j’ai toujours mieux à lire.


Je résolus de vieillir sans lutter, de suivre docilement la pente et même, pour la mieux dévaler, de me doter d’un petit ventre rond.