jeudi 3 janvier 2019

3866

J’hibernerais si les abris les plus sûrs et les plus confortables n’étaient déjà tous occupés par l’ours, l’écureuil et la marmotte.


– Pollution nocturne ?
– Mais non. Voie lactée !


À croire que la tempête s’emporte dans le jardin, secoue les branches, plie les troncs, parce qu’on ne l’invite pas à entrer dans la maison.



[Parution aujourd’hui de L’Explosion de la tortue, aux éditions de Minuit ; et reprise en poche de Ronce-Rose. Nous qui ne savions pas quoi faire de notre prime d’activité !]