lundi 8 octobre 2018

3779

Je suis là pour une lecture publique. Tout du long, cet homme assez âgé et très barbu me fixe, l’air consterné. Pas un sourire quand l’auditoire entier part d’un rire franc. Il est au contraire de plus en plus fermé, lugubre. Sa bouche est un pli amer.


Quand mon regard rencontre le sien, dur, implacable, je me trouble. Ma lecture en pâtit, je m’embrouille, impossible pourtant de faire comme s’il n’était pas là. Il me semble maintenant l’entendre soupirer.


À la fin de la lecture, il s’avance vers moi, je me raidis pour le combat, il me tend alors une main tremblante : – Merci, merci pour ce moment magique, j’aime tant vos livres …