lundi 10 septembre 2018

3751

Le panda s’approcha de moi, d’une démarche lente et précautionneuse, craintive même, me sembla-t-il. Et c’est normal, pensais-je, il redoute le vil exploiteur de ce monde qui a détruit son biotope, entraînant la quasi extinction de son espèce.


Pourtant, il ne me fuyait pas. Il m’apparut bientôt, au contraire, que sa seule crainte était de m’effrayer. Il vint plus près encore, se frotta doucement contre moi, me réchauffa de son souffle. Puis je surpris son regard inquiet qui balayait l’horizon dans mon dos, je me retournai, et je compris pourquoi il m’entourait ainsi de ces soins délicats.


J’étais le dernier homme.


[Entretien avec Eléonore Sulser dans Le Temps, à l’occasion de la sortie de Feuilleton]