dimanche 9 septembre 2018

3750

Il est certain que l’écriture a un pouvoir cathartique, elle prend la douleur en charge mais, ce faisant, elle s’en gorge, elle s’en repaît et elle lui donne sa forme achevée, c’est-à-dire aussi : définitive.


Tu te plains du poids de l’âne mort, te voilà soudain comme lui, comme il était de son vivant, du moins, rétif, buté, récalcitrant : tu as compris sa peine.


Mais enfin, nous sommes déjà au XXIe siècle. À quel âge l’écureuil cessera-t-il de grimper aux arbres ?!