mercredi 27 juin 2018

3693

Écrivain, mon frère, quand le printemps arrive dans ton livre, il est inutile de m’expliquer ce qui se passe, la poussée des sèves, la germination, la nidification : je sais.


Si seulement on pouvait choisir sa mort, j’opterais pour le suicide.


Nous approchons du moment où notre irréductible imperfection constituera un frein à la marche du progrès que nous avons impulsée et où notre propre génie exigera le sacrifice de l’espèce pour continuer à se développer.