lundi 26 mars 2018

3600

Les réseaux sociaux, le commentaire simultané par textos de la moindre chose vécue, l’importance même du média dans les interactions change désormais toute existence en autofiction. Le récit de soi devient la vie même, une vie où il s’agit surtout de prendre la pose pour les selfies, une vie que la fiction ordonne.


Je constate pareillement la place primordiale prise par les portables dans les films. Plus aucun scénariste ne sait faire progresser une intrigue sans l’intervention du téléphone qui autorise tous les courts-circuits narratifs, invente une fallacieuse unité de temps et de lieu et orchestre paresseusement l’action.


Le corps courbé sur son GPS cherche à rejoindre l’esprit qui zigzague toujours loin devant. La plénitude ne redeviendra possible que lorsque nous pourrons nous déplacer par téléportation.