mardi 28 novembre 2017

3482

Si vous raillez un peu la foire automnale des ‘’grands’’ prix littéraires, vous vous entendrez répondre (aussi sûrement que si vous aviez frappé la glotte de votre interlocuteur avec le maillet de caoutchouc du réflexologue) que vous ne faites qu’exprimer là votre dépit de ne pas en être vous-même lauréat.


Mais si aucun de mes livres en trente ans n’a jamais seulement figuré dans la moindre des sélections préalables des jurys, n’est-ce pas parce que s’y affirme constitutivement leur franche incompatibilité avec ce système ?


Les livres couronnés – même quand leurs auteurs ne convoitaient pas particulièrement ces récompenses – trouvent en tout cas leur place dans ce puzzle des jeux et des enjeux où ils se fondent et, paradoxalement, disparaissent.