vendredi 17 novembre 2017

3471

C’est un véritable fléau. Il sépare le bon grain de l’ivraie.


Si elle ne se rasait pas de près chaque matin dans le miroir de l’étang, la grenouille serait chassée férocement pour sa fourrure incomparable.


Quel monde laisserons-nous au rossignol ?