mardi 1 août 2017

3371

Tu prends chair et forme dans l’obscurité d’un ventre. L’intelligence viendra plus tard, avec la lucidité. On se préoccupe surtout pour l’heure de ta clarté nucale dont elles semblent curieusement dépendre.


Puis on t’aide à sortir de ton abri devenu trop étroit. La fée a de la poigne. Ceci est le vaste monde où s’accompliront tes jours.


Il t’arrivera de t’enrhumer, de casser ton lacet. Mais tu pourras reprendre de la tarte au citron, car il y aura de bons moments aussi avant que ton crâne rebondissant sur la pierre, semant derrière lui la poussière de tes os pour ouvrir au plus large son espace nucal, n’accède à la compréhension de toute chose dans l’idéale clarté du ciel vide.