jeudi 6 juillet 2017

3353

Il était si prodigieusement doué qu’il ne pouvait plus peindre. Son pinceau en effet creusait réellement le trou, édifiait une vraie montagne. Même les formes abstraites qu’il traçait rejoignaient pour de bon le ciel des idées.


L’art lui manquait. Créer des figures affranchies des lois de l’existence, exalter la forme et la couleur pour elles-mêmes et trouver la liberté ainsi dans l’artifice et l’artefact.


Il crut y parvenir en réalisant des faux – faux Léonard, faux Delacroix, faux Van Gogh, faux Picasso –, lesquels hélas se révélèrent authentiques.