vendredi 9 juin 2017

3328

L’effet papillon est à ranger parmi les délires des théoriciens du complot. J’en veux pour preuve que les ouragans et les tsunamis se multiplient alors que les lépidoptères, dans le même temps, se raréfient catastrophiquement. Et je me demande si les papillons ne battaient pas si courageusement des ailes pour neutraliser plutôt les bourrasques dévastatrices.


La fouine dévore les œufs dans le nid afin de n’avoir pas à nettoyer les biberons.


Toutes ces cendres dispersées dans les mers ! Je croyais pourtant qu’il était désormais interdit de nourrir les saumons de farine animale ?