samedi 15 avril 2017

3273

Un vieux couple chancelant traverse la pelouse, lui, cramponné à sa canne, lourd et soufflant, elle, attachée à son bras, voûtée, squelettique, l’épaule pointue, les cheveux hérissés sur une tête qui dodeline – les voici au terme d’une existence qui fut peut-être paisible et routinière, usés seulement par le temps, que l’on dirait pourtant surgis des décombres d’une maison, des débris d’un avion, rescapés traumatisés d’une terrible épreuve.


– Tu me files une taffe ?
Comme c’était le vent, je n’ai pas pu refuser.


Montrez-moi un homme plus différent de moi que mon semblable.