lundi 30 janvier 2017

3198

Tous les vieillards au seuil de l’agonie reprennent soudain espoir : eh non, comme vient de le prouver Roger Federer en remportant son 18ème tournoi du Grand Chelem, la vie n’est pas finie à 35 ans !


Le flamant rose n’a en effet besoin que d’une patte puisqu’il est toujours de profil.


Comme on me demande si je connais les livres d’Epaminondas Flanchon (ou de Fulgar Borzolg ou de Pampina Mc Bambinova), je hoche doucement la tête, plisse les yeux, mords ma lèvre inférieure : – Oui, oui, oui, son nom me dit quelque chose.