mercredi 23 novembre 2016

3130

Comme nous nous promenions en forêt, mon chien disparut soudain dans un trou dissimulé par des feuilles mortes. En me penchant pour le secourir, je vis qu’il s’agissait de l’entrée d’une galerie, assez large pour livrer passage à un homme.


Je m’y engageai. Après une dizaine de mètres, je parvins dans une grotte souterraine qui recélait – je n’en crus pas mes yeux – tout ce qui n’avait pas encore été écrit.


Quel trésor ! On comprendra que je préfère pour l’heure en tenir la localisation secrète. Mais je la révèlerai un jour. On pourra visiter le site. Je me plais à penser qu’il portera mon nom.