mardi 25 octobre 2016

3101

Haïssable passager assis à quelques places de la mienne dans ce train, qui téléphone sans aucune gêne et débite ses niaiseries à tue-tête. Je voudrais qu’il crève, que son wagon déraille et s’écrase. Puis je me représente le tableau dans toute son horreur et aussitôt, levant au ciel des yeux suppliants, j’annule ma prière.


S’il n’était si furtif, le renard n’existerait pas du tout.


C’est une loi navrante dont il est difficile de dire si elle relève de la psychologie ou de la physique : dès qu’un homme s’élève il te pisse dessus.