jeudi 6 octobre 2016

3082

Préoccupé, on le sait, par la condition animale, j’ai décidé de faire par testament don de mon squelette à un invertébré.


Il y a tant de grains de sable qu’il ne doit pas en rester beaucoup qui n’existent pas.


SUZIE (comme je la retiens par la ceinture) – Mais papa, tu me perds du temps !