mardi 20 septembre 2016

3066

À Gianmaria qui prophétise que l’évolution finira bien par entériner l’obsession du selfie et que les hommes en conséquence naîtront avec un bras plus long que l’autre, je fais remarquer que, plus vraisemblablement, c’est le volume de leur cerveau et de leur crâne qui va se réduire et qu’ainsi le recul sera suffisant pour la photo.


Puis il fut révélé que la gloire de la plus belle n’était que le rêve du plus laid.


Afin de me prouver que j’ai bien tort de fuir son objectif, ce photographe fait défiler sur l’écran de son portable ses portraits de Nadine Gordimer, Umberto Eco, Don DeLillo, Miguel Asturias, Zadie Smith… bref, de tous les écrivains qu’il a importunés avant moi.